VERSION FRANCAISE - ENGLISH VERSION

ACCUEIL HISTORIQUE EXPERTISE COMMERCIALISATION QUALITE CLIENTS JOYAUX CONTACT
SHOW ROOM BORA BORA

 

OPEC BORA BORA - BP 922 VAITAPE - POLYNESIE FRANCAISE - opecdirection@orange.fr


 

HISTORIQUE :

 

 

       La création de l’Office Polynésien d’Expertise et Commercialisation de la Perle de Culture de Tahiti (OPEC) a marqué une page importante dans l’histoire de la perliculture.

 

En imposant de justifier et d’attester de la réelle qualité d’une perle de culture, Pierre Lérigé, fondateur de l’OPEC, a révolutionné le négoce et la vente de perles de culture dans le monde.

Sa décision, au début des années 1990, de fournir à l’ensemble de ses clients la radiographie de la ou des perles qu’ils achetaient a été probablement l’étape la plus importante après l’invention de la perliculture au début du siècle dernier par MIKIMOTO.

La vraie et réelle qualité d’une perle de culture ne peut être vérifiée que par un examen radiographique.

En l’expliquant et en le révélant à un public non averti - volontairement ? -

Pierre Lérigé a donné la transparence à un secteur d’activité qui en avait un besoin urgent.

 

En refusant de vendre des perles de culture de mauvaise qualité et ce, même si leur aspect à l’œil nu était irréprochable, il a ébranlé le secteur du négoce international : « Ne parlons plus de la qualité, montrons là ! ». Par respect à la Perle, à ses Clients et à son Intégrité.

 

   

 

 

En imposant que le seul critère de qualité d’une perle de culture devait être défini par la qualité et l’importance de ses couches de nacre naturelles il prévient le public : Ou la perle « meurt » à court terme ou bien elle rentre dans l’histoire, dans un patrimoine de biens et d’émotions.

Pierre Lérigé savait qu’en privilégiant la pérennité de la perle au détriment d’intérêts mercantiles il prenait des risques. La corporation, bien qu’étant – forcément – d’accord sur le fond, est-elle prête à suivre ses actes ?

 

En 1999, les Pouvoirs Publiques de la Polynésie Française, 1er exportateur de perles de culture dans le monde, ont légiféré pour imposer un minimum d’importance de couche de nacres naturelles pour qu’une perle puisse avoir le label « Perle de Culture de Tahiti »

 

Chaque perle exportée devra dorénavant être passé aux rayons X pour contrôle.

On vérifie ce qui n’est certes qu’un minimum légal, mais la voix est tracée.

 

La voix de la Sagesse et de la Vérité.


Copyright © 2005 / Toute reproduction même partielle est strictement interdite.